La liberté d’expression en péril au Burundi

Read this article in English

Depuis le 19 avril dernier la liberté d’expression est en danger au Burundi. Un projet de loi visant à renforcer le contrôle de l’Etat sur le métier de journaliste a été adopté par l’Assemblée nationale. Cette loi devrait être prochainement ratifiée par le président de la république.

Pour soutenir la démocratie et la bonne gouvernance, la presse doit avoir la liberté de rendre compte de l’actualité, sans crainte d'intimidation. L’association Burundaise des Consommateurs (ABUCO), section burundaise de Transparency International et 14 organisations de la société civile œuvrant dans le domaine de la bonne gouvernance ont soumis un lettre au président de la république pour en demander l’amendement.

Restriction de la protection des sources

Au Burundi, les journalistes sont victimes de harcèlement et d’arrestations arbitraires. Si le projet de loi est promulgué, il rendra les journalistes pénalement responsables dans le cadre de leur profession. Selon l’article 16 les journalistes devront révéler leurs sources si le gouvernement estime que  les informations sont susceptibles de constituer une menace à l'ordre public, la sécurité nationale ou «l'intégrité morale et physique d'une ou plusieurs personnes». L’article 20 limite le droit de couvrir tout sujet ayant trait à l’État ou à la sécurité publique, menaçant l’économie nationale ou constituant un outrage ou une injure à l’endroit du chef de l’État.

Tout journaliste faisant un reportage portant atteinte à la sécurité de l'État ou de l'économie nationale risque une peine d'emprisonnement maximale de cinq ans, et des amendes  allant jusqu'à 8 millions de francs burundais (soit plus de 5.000 dollars américains). Enfin cette loi permet au Conseil national de la communication (CNC) de contrôler la couverture de l’actualité en lui donnant l’autorité de délivrer la carte de presse et l’accréditation aux journalistes qui veulent couvrir des événements.

Entrave à la bonne gouvernance

Le Burundi a mis en place un dispositif institutionnel de lutte contre la corruption en  ratifiant la Convention de l’Union Africaine sur la Prévention et la Lutte contre la Corruption en 2005 et la Convention des Nations Unies contre la Corruption en 2007.

Les organisations de la société civile œuvrant pour la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption avaient salué la mise en place de la stratégie Nationale de Bonne Gouvernance et de lutte contre la Corruption (SNBGLC). Les résultats attendus de cette stratégie visent à faciliter l’accès à l’information et permettre aux journalistes de pratiquer leur métier plus librement.

Cependant la ratification de cette loi « entraînerait inévitablement l’enracinement de la corruption et la consécration de l’impunité. En effet, les crimes  économiques liés à la corruption et les crimes de violation des droits de l’homme risquent de ne plus être dénoncés par une presse sous pression et volontairement muselée » explique Noel Nkurunziza président d’ABUCO la section burundaise de Transparency International.

« Nous appelons le gouvernement à rejeter le projet de loi sous sa forme actuelle et à garantir la liberté d’expression de l’ensemble des journalistes au Burundi et à leur permettre de mener leurs activités légitimes en toute liberté et en toute indépendance » a-t- il ajouté.

For any press enquiries please contact press@transparency.org

Latest

Support Transparency International

Support Us

New Report: Who is behind the wheel? Fixing the global standards on company ownership

To counter crime and corruption, law enforcement authorities around the world need to be able to swiftly uncover the identities of the real owners of companies. Transparency International argues that public registers of beneficial ownership should be the norm.

Transparency International Amalia Award

The TI Amalia Award recognises and celebrates professional excellence and impact by the anti-corruption fighters from the Transparency International movement.

هل سيشعل الفساد المستشري فتيل الخريف العربي؟

خلال الشهرين الماضيين، اجتاحت موجة من الاحتجاجات شوارع مصر والعراق ولبنان. وبلغ عدد المحتجين الذين نزلوا إلى الشوارع في لبنان أكثر من مليون شخص ينددون بالظلم، وكان ذلك غالبا في تحدّ للقمع العنيف الذي تمارسه السلطات. وعلى الرغم من اختلاف المطالب التي نادى بها المحتجون في البلدان الثلاثة، بل تختلف حتى فيما بين الحركات في نفس البلد، إلا أن هذا الغضب العارم قام على قاسم مشترك بينها: الفساد وسوء الإدارة المالية للحكومات.

Will rampant corruption spark an Arab Autumn?

A common factor has underpinned mass protests in Egypt, Iraq and Lebanon over the past two months: outrage over corruption and financial mismanagement by governments.

Better blending: how the World Bank can promote transparency in financing sustainable development

As the World Bank holds its annual meetings in Washington D.C this week, Transparency International is calling for greater transparency, accountability and participation in the World Bank’s contribution to financing the 2030 Agenda.

Fighting corruption in the age of “fake news”

"Fake news" has become a major threat to public trust in democracy and news media outlets over the past years. The fight against corruption is also affected.

Right to information: a tool for people power

Globally, approximately 120 countries have right to information laws. In some countries, these laws are top notch, but in others, the laws either don’t exist or need significant improvements. On International Right to Know Day, citizens are speaking out around the world to demand greater accountability from government. But are most people even aware of their right to request information in the first place?

Global Corruption Barometer - Latin America and the Caribbean 2019

The Global Corruption Barometer (GCB) – Latin America & Caribbean highlights the disproportionate effect that corruption has on women and a significant lack of political integrity among government leaders.

Social Media

Follow us on Social Media