La liberté d’expression en péril au Burundi

Read this article in English

Depuis le 19 avril dernier la liberté d’expression est en danger au Burundi. Un projet de loi visant à renforcer le contrôle de l’Etat sur le métier de journaliste a été adopté par l’Assemblée nationale. Cette loi devrait être prochainement ratifiée par le président de la république.

Pour soutenir la démocratie et la bonne gouvernance, la presse doit avoir la liberté de rendre compte de l’actualité, sans crainte d'intimidation. L’association Burundaise des Consommateurs (ABUCO), section burundaise de Transparency International et 14 organisations de la société civile œuvrant dans le domaine de la bonne gouvernance ont soumis un lettre au président de la république pour en demander l’amendement.

Restriction de la protection des sources

Au Burundi, les journalistes sont victimes de harcèlement et d’arrestations arbitraires. Si le projet de loi est promulgué, il rendra les journalistes pénalement responsables dans le cadre de leur profession. Selon l’article 16 les journalistes devront révéler leurs sources si le gouvernement estime que  les informations sont susceptibles de constituer une menace à l'ordre public, la sécurité nationale ou «l'intégrité morale et physique d'une ou plusieurs personnes». L’article 20 limite le droit de couvrir tout sujet ayant trait à l’État ou à la sécurité publique, menaçant l’économie nationale ou constituant un outrage ou une injure à l’endroit du chef de l’État.

Tout journaliste faisant un reportage portant atteinte à la sécurité de l'État ou de l'économie nationale risque une peine d'emprisonnement maximale de cinq ans, et des amendes  allant jusqu'à 8 millions de francs burundais (soit plus de 5.000 dollars américains). Enfin cette loi permet au Conseil national de la communication (CNC) de contrôler la couverture de l’actualité en lui donnant l’autorité de délivrer la carte de presse et l’accréditation aux journalistes qui veulent couvrir des événements.

Entrave à la bonne gouvernance

Le Burundi a mis en place un dispositif institutionnel de lutte contre la corruption en  ratifiant la Convention de l’Union Africaine sur la Prévention et la Lutte contre la Corruption en 2005 et la Convention des Nations Unies contre la Corruption en 2007.

Les organisations de la société civile œuvrant pour la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption avaient salué la mise en place de la stratégie Nationale de Bonne Gouvernance et de lutte contre la Corruption (SNBGLC). Les résultats attendus de cette stratégie visent à faciliter l’accès à l’information et permettre aux journalistes de pratiquer leur métier plus librement.

Cependant la ratification de cette loi « entraînerait inévitablement l’enracinement de la corruption et la consécration de l’impunité. En effet, les crimes  économiques liés à la corruption et les crimes de violation des droits de l’homme risquent de ne plus être dénoncés par une presse sous pression et volontairement muselée » explique Noel Nkurunziza président d’ABUCO la section burundaise de Transparency International.

« Nous appelons le gouvernement à rejeter le projet de loi sous sa forme actuelle et à garantir la liberté d’expression de l’ensemble des journalistes au Burundi et à leur permettre de mener leurs activités légitimes en toute liberté et en toute indépendance » a-t- il ajouté.

For any press enquiries please contact press@transparency.org

Latest

Support Transparency International

Support Us

Power for Nigeria’s people

Bribery in electricity supply ruins livelihoods, but Nigeria’s residents are speaking out.

The terrible consequences of police corruption in South Africa

What do we do when those mandated to protect us are serving other interests than public safety and security? In South Africa, police corruption leaves the public exposed to high rates of crime, and causes distrust of the police service while allowing crime to flourish.

Why do DRC citizens report such high levels of corruption?

People's experiences with corruption in the DRC are far worse than in most other African countries. Why is corruption so prevalent in the DRC, why is bribery so commonplace and why do two thirds of citizens feel powerless?

Three ways to stop money laundering through real estate

Around the world, buying property is a favourite method for the corrupt to launder their ill-gotten gains. However, there are concrete measures that make it significantly more difficult for the corrupt to stash their dirty money in real estate.

Announcing the theme for the 19th edition of the International Anti-Corruption Conference (IACC)

Designing 2030: Truth, Trust & Transparency

Protecting Africa’s wildlife from corruption

When they deliberate over amendments to the global wildlife trade regime, CoP18 must address impunity for illegal timber trafficking in Africa as a matter of high priority.

How the US can help Mongolia get to grips with corruption

A series of bi-lateral meetings and a proposed trade agreement present an opportunity for the US to promote rule of law and an independent judiciary in Mongolia.

Blood diamonds and land corruption in Sierra Leone

A community in Sierra Leone has created powerful short videos documenting their experiences of corruption, forced evictions and a botched resettlement programme at the hands of a multinational diamond mining company.

Countries must be more transparent when investigating transnational corruption

Supervisory and justice systems should be transparent and accountable so that the public can assess their performance.

Resilient institutions

Reducing corruption is an important component of the sustainable development agenda, and one that all state parties have an obligation to address. Although corruption is often thought of as a ‘third-world problem’, institutions in the Global North play an important role in the corruption cycle, and are therefore an essential part of the solutions.

Social Media

Follow us on Social Media