Skip to main content

Transparency International lance une campagne pour rapatrier la richesse volée de l’Afrique - la déclaration de Nyanga

TI va mener en Afrique une campagne internationale pour retrouver la trace de l’argent blanchi

"Les membres des Nations Unies devraient adopter un traité international pour accélérer la recherche, le recouvrement et le rapatriement de la richesse volée aux pays en développement et transférée à l'étranger" ont déclaré les représentants de Transparency International de 11 pays africains, suite à une réunion tenue à Nyanga, Zimbabwe, du 1er au 4 mars 2001".

La Déclaration de Nyanga, publiée aujourd'hui (le texte de la Déclaration se trouve à la fin de ce communiqué de presse), demande que des mesures soient prises "pour combler les lacunes connues, et donc pour que les banques ouvrent leurs livres à l'inspection lorsqu'il y a un motif raisonnable de suspecter une activité illégale, et une liquidation obligatoire et le rapatriement de l'argent réputé obtenu par la corruption".

L'année dernière, Transparency International a rassemblé 11 banques internationales de première importance pour annoncer leur acceptation des Principes de Wolfsberg contre le Blanchiment d'Argent. Les nouvelles lignes de conduite pour les affaires bancaires privées affirment: "La politique de la banque sera de prévenir l'utilisation de ses activités mondiales pour des fins criminelles. La banque tentera d'accepter seulement les clients dont l'origine de la richesse et des fonds pourra être établie comme légitime de manière raisonnable." Les Principes, signés le 30 octobre 2000, traitent également de l'identification et du suivi des activités inhabituelles ou suspectes.

Les représentants de Transparency International de 11 pays africains expriment leur soutien aux Principes de Wolfsberg comme "un premier pas vers l'arrêt de la circulation de la richesse illicite".

La Déclaration demande à l'Organisation de l'Unité Africaine "de prendre le leadership pour représenter les intérêts de l'Afrique en ce qui concerne le retour de la richesse volée quel que soit l'endroit où elle puisse être trouvée sur la planète et l'OUA devrait commencer par adopter toutes les mesures possibles pour empêcher l'appropriation et le transfert illégaux de l'argent africain".

La Déclaration de Nyanga a été adoptée par des représentants de TI des pays suivants: Botswana, Cameroun, Ethiopie, Ghana, Kenya, Malawi, Nigeria, Afrique du Sud, Ouganda, Zambie et Zimbabwe.


For any press enquiries please contact

John Githongo,
Directeur Exécutif, TI Kenya
Tel: +254-2 582 841
Fax: +254-2 583 130
Email: tikenya@wananchi.com

Roslyn Hees, Directeur Exécutif (Afrique)
Transparency International Secretariat
Tel: +49 30 3438 2035
Fax: +49 30 3470 3912
Email: rhees@transparency.org