Transparency International demande la liberation immediate de Paul Eric Kingue du Cameroun

Issued by Transparency International Secretariat



Transparency International demande aux autorités camerounaises de prendre des mesures immédiates pour libérer Paul Eric Kingué de Njombe Penja après plus de sept ans d'emprisonnement illégal.

En 2007, Kingué accusa la branche camerounaise d’un producteur français de bananes, Plantations du Haut Penja, de fraude fiscale. Après des manifestations à Njombe Penja, le district de l'ouest du Cameroun où il a été élu maire, Kingué a été arrêté en février 2008 et accusé d'avoir orchestré ces manifestations.

« Pourquoi ce courageux combattant de la corruption qui ose demander des comptes aux puissants est-il traité comme un criminel ? Le système judiciaire camerounais devrait immédiatement libérer cet activiste essentiel pour les droits des peuples et des travailleurs », a déclaré José Ugaz, Président de Transparency International.

Transparency International et sa section au Cameroun exigent sa libération,  aux côtés d’autres  organisations, dont la Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH).

Il est largement admis que les accusations contre Kingué de « complicité de pillage en bande et incitation à la révolte », « faux en écriture » et « détournement de biens publics » ont été formulées en représailles à ses accusations initiales. Il a été condamné à une peine d'emprisonnement à perpétuité en février 2012 à la suite des procédures pénales menées en violation grave de ses droits.

Déjà en août dernier, le Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire a publié un avis indiquant qu'un certain nombre de garanties de procédure n’ont pas été appliquées dans le cas de Kingué, mettant en cause l'indépendance du pouvoir judiciaire et obligeant le gouvernement à assurer la libération et l'indemnisation de Kingué.

En conséquence de cela, le ministère public avait abandonné les poursuites contre lui en début d’année. Dans la dernière audience, qui a eu lieu le 18 juin, Kingué été censé être finalement libéré. Mais le juge a demandé au procureur de produire les documents originaux des instances judiciaires précédentes, renvoyant l'affaire au mois prochain à cause de  ce qui ne peut être décrit autrement que comme une technicité.

Transparency International Cameroun, à travers son Centre d’Assistance Juridique et d’Action Citoyenne, a enquêté sur des allégations de mauvaises pratiques commerciales portées contre les Plantations du Haut Penja (PHP), une société qui gère de nombreuses plantations de bananes dans Njombé Penja, une commune à l'ouest du Cameroun. PHP appartient à la multinationale française la Compagnie Fruitière.

La PHP est soupçonnée de ne pas payer la taxe sur ses opérations en Njombé Penja, privant ainsi une région pauvre des fonds nécessaires pour son développement. Il est également allégué que PHP utilise des pesticides interdits en Europe, causant des dommages à la fois à la santé de ses travailleurs et à la terre. La société nie toutes ces allégations.

« Paul Eric Kingué doit être libéré immédiatement et le système judiciaire camerounais doit cesser de retarder ce cas, apparemment en représailles contre un champion de la lutte contre la corruption. Les autorités camerounaises doivent garantir l'indépendance du pouvoir judiciaire, enquêter sur les allégations d'abus contre les travailleurs et faire tout ce qui est en leur pouvoir pour assurer que les impôts dus soient payés et profitent aux populations du Njombe Penja », souligne Ugaz. 


For any press enquiries please contact

Chris Sanders
T: +49 30 34 38 20 666
E: .(JavaScript must be enabled to view this email address)

Latest

Support Transparency International

Three priorities at the Open Government Partnership summit

Transparency International has been at the Open Government Partnership's global summit in Tbilisi, Georgia, pushing for action in three key areas.

Civil society’s crucial role in sustainable development

Key players in the development community are meeting in New York for the main United Nations conference on sustainable development, the High-Level Political Forum (HLPF). Transparency International is there to highlight how corruption obstructs development and report on how effectively countries are tackling this issue.

Comment gagner la lutte contre la corruption en Afrique

Aujourd’hui est la Journée africaine de lutte contre la corruption – une occasion opportunité pour reconnaitre le progrès dans la lutte contre la corruption en Afrique et le travail significatif qui reste encore à accomplir.

How to win the fight against corruption in Africa

African Anti-Corruption Day is an important opportunity to recognise both the progress made in the fight against corruption in Africa and the significant work still left to do.

Increasing accountability and safeguarding billions in climate finance

In December 2015, governments from around the world came together to sign the Paris Agreement, agreeing to tackle climate change and keep global warming under two degrees centigrade. They committed to spend US$100 billion annually by 2020 to help developing countries reduce their greenhouse gas emissions and protect themselves against the potentially devastating effects of climate change.

After Gürtel, what next for Spain’s struggle with political corruption?

At the start of June, the Spanish parliament voted to oust Prime Minister Rajoy after his political party was embroiled in the biggest corruption scandal in Spain’s democratic history. At this critical juncture in Spain’s struggle with political corruption, Transparency International urges all parties to join forces against impunity and support anti-corruption efforts in public life.

Risk of impunity increases with outcome of Portuguese-Angolan corruption trial

A verdict last week by the Lisbon Court of Appeals in the trial of former Angolan vice president Manuel Vicente has disappointed hopes for a triumph of legal due process over politics and impunity. It also has worrying implications for the independence of Portugal’s judiciary.

Social Media

Follow us on Social Media