Luxleaks : Le lanceur d’alerte Antoine Deltour ne devrait pas être poursuivi

Issued by Transparency International Secretariat



Transparency International demande que les lanceurs d’alertes soient protégés contre tout type de représailles y compris les poursuites en justice. Demain débute le procès d’Antoine Deltour qui a révélé les accords fiscaux passés entre le Luxembourg et des entreprises multinationales, dans l’affaire  dite « Luxleaks ».

Ce procès a lieu à la suite de la plainte déposée par son ancien employeur, PricewaterhouseCoopers.

« Antoine Deltour doit être protégé, salué et non poursuivi . Les informations révélées l’ont été  dans l’intérêt général » déclare Cobus de Swardt, directeur général de Transparency International. « C’est pourquoi, nous avons demandé à PwC Luxembourg de retirer sa plainte.» 

Transparency International milite pour la protection des lanceurs d’alerte comme Antoine Deltour au titre du rôle essentiel qu’ils jouent dans la lutte contre la corruption et autres irrégularités. Trop souvent, ils en payent le prix fort : alors même qu’ils agissent dans notre intérêt à tous, les lanceurs d’alerte perdent parfois leur emploi ou sont poursuivis en justice. Une législation solide doit être mise en place pour les protéger.

Dans la plupart des pays européens, la loi ne protège pas les lanceurs d’alerte et lorsque des législations existent, elles sont souvent insuffisantes. Au Luxembourg, Antoine Deltour n’est pas considéré comme un lanceur d’alerte car la loi est limitée aux délits de corruption. De plus, la loi protège les lanceurs d’alerte contre les licenciements mais pas contre des poursuites en justice. Il est urgent pour le Luxembourg de renforcer son cadre juridique.

Comme dans le cas des Panama papers, les révélations d’Antoine Deltour ont permis au grand public de prendre conscience des enjeux liés à l’optimisation fiscale pratiquée par les entreprises et de faire progresser le débat sur la réforme fiscale internationale. Ses révélations ont contribué à l’élaboration par le Luxembourg, la Commission européenne, l’OCDE et le G20 de mesures pour lutter contre les schémas abusif d’optimisation fiscale des entreprises.

Malgré cela, Antoine Deltour est accusé de vol, violation du secret professionnel luxembourgeois, violation du secret des affaires, et accès frauduleux à une base de données. S’il est reconnu coupable, il encourt une peine de prison de 10 ans et une amende de 1 250 000 euros. Presque 125 000 personnes ont déjà signé la pétition de soutien à Antoine Deltour.

Transparency International soutient Antoine Deltour et Raphael Halet, également ancien employé de PwC qui fait l’objet d’accusations similaires. Raphael Halet avait conservé l’anonymat jusqu’à la semaine passée. De nombreux lanceurs d’alerte refusent de dévoiler leur identité pour se protéger des représailles. C’est pour cela que Transparency International milite pour une législation qui protège les signalements confidentiels et anonymes. La presse doit aussi être libre de publier des informations dans l‘intérêt général, sans intimidation ou conséquences négatives.

Afin d’offrir une alternative viable au silence, Transparency International appelle tous les pays à adopter et à mettre en œuvre des législations globales de protection des lanceurs d’alerte en accord avec les meilleurs standards internationaux, y compris ceux développés par Transparency International et le Conseil de l’Europe.

Les Etats et les entreprises doivent soutenir les lanceurs d’alerte lorsque des actes répréhensibles sont révélés.

Transparency International reste déterminé à poursuivre un dialogue constructif avec les Etats et le secteur privé.


For any press enquiries please contact

Berlin
Chris Sanders
Transparency International
T: +49 30 34 38 20 666
E: .(JavaScript must be enabled to view this email address)


Paris
Julian Névo

Transparency International France
T:+33 1 84 16 95 65
E: .(JavaScript must be enabled to view this email address) 

Latest

Support Transparency International

Three priorities at the Open Government Partnership summit

This week, the Open Government Partnership is holding its 5th global summit in Tbilisi, Georgia. Transparency International is there in force, pushing for action in three key areas.

Civil society’s crucial role in sustainable development

Key players in the development community are meeting in New York for the main United Nations conference on sustainable development, the High-Level Political Forum (HLPF). Transparency International is there to highlight how corruption obstructs development and report on how effectively countries are tackling this issue.

Comment gagner la lutte contre la corruption en Afrique

Aujourd’hui est la Journée africaine de lutte contre la corruption – une occasion opportunité pour reconnaitre le progrès dans la lutte contre la corruption en Afrique et le travail significatif qui reste encore à accomplir.

How to win the fight against corruption in Africa

African Anti-Corruption Day is an important opportunity to recognise both the progress made in the fight against corruption in Africa and the significant work still left to do.

Increasing accountability and safeguarding billions in climate finance

In December 2015, governments from around the world came together to sign the Paris Agreement, agreeing to tackle climate change and keep global warming under two degrees centigrade. They committed to spend US$100 billion annually by 2020 to help developing countries reduce their greenhouse gas emissions and protect themselves against the potentially devastating effects of climate change.

After Gürtel, what next for Spain’s struggle with political corruption?

At the start of June, the Spanish parliament voted to oust Prime Minister Rajoy after his political party was embroiled in the biggest corruption scandal in Spain’s democratic history. At this critical juncture in Spain’s struggle with political corruption, Transparency International urges all parties to join forces against impunity and support anti-corruption efforts in public life.

Risk of impunity increases with outcome of Portuguese-Angolan corruption trial

A verdict last week by the Lisbon Court of Appeals in the trial of former Angolan vice president Manuel Vicente has disappointed hopes for a triumph of legal due process over politics and impunity. It also has worrying implications for the independence of Portugal’s judiciary.

Social Media

Follow us on Social Media