L’Indice de perception de la corruption 2018 montre que la lutte contre la corruption est au point mort dans la plupart des pays

Une analyse fait ressortir que la corruption est un facteur de la crise mondiale de la démocratie

Issued by Transparency International Secretariat



Berlin, 29 janvier 2019 – L’Indice de perception de la corruption (IPC) 2018, publié aujourd’hui par Transparency International, révèle que l’incapacité chronique de la plupart des pays à contrôler efficacement la corruption est un facteur qui contribue à la crise de la démocratie dans le monde.

D’après Patricia Moreira, directrice générale de Transparency International : « Alors que de nombreuses institutions démocratiques sont menacées à travers le monde – souvent par des dirigeants qui s’inscrivent dans une tendance autoritaire ou populiste –, nous devons redoubler d’efforts pour renforcer les freins et contrepoids et protéger les droits des citoyens. La corruption effrite la démocratie et produit un cercle vicieux en sapant les institutions démocratiques. En effet, plus ces institutions sont faibles, moins elles sont en mesure de contrôler la corruption. »

L’IPC 2018 s’appuie sur 13 enquêtes et évaluations d’experts pour mesurer la corruption du secteur public dans 180 pays et territoires, en attribuant à chacun un score allant de zéro (fortement corrompu) à 100 (très peu corrompu). Pour consulter les résultats, visitez le site : www.transparency.org/cpi2018

Points marquants de l’IPC

Plus des deux tiers des pays ont un score inférieur à 50, le score moyen se situant seulement à 43. Depuis 2012, seuls 20 pays, dont l’Estonie et la Côte d’Ivoire, ont considérablement amélioré leur score, et 16 ont sensiblement régressé, parmi lesquels l’Australie, le Chili et Malte.

Le Danemark et la Nouvelle-Zélande arrivent en tête de l’Indice avec respectivement 88 et 87 points. La Somalie, le Soudan du Sud et la Syrie sont au bas de l’échelle avec 10, 13 et 13 points, respectivement. La région ayant obtenu le score le plus élevé est celle de l’Europe occidentale et de l’Union européenne, avec un score moyen de 66, tandis que les régions enregistrant les scores les plus faibles sont l’Afrique (avec une moyenne de 32), l’Europe de l’Est et l’Asie centrale (avec une moyenne de 35).

La corruption et la crise de la démocratie

Une analyse croisée incorporant des données sur la démocratie dans le monde montre qu’un lien existe entre corruption et santé démocratique. Dans l’IPC, les démocraties bien établies obtiennent en moyenne un score de 75 points ; les démocraties imparfaites un score moyen de 49 ; les régimes hybrides – présentant des éléments de tendance autocratique – arrivent à un score de 35 ; et les régimes autocratiques enregistrent les pires résultats, leur score moyen atteignant à peine 30 points.

Illustration de cette tendance, les scores de la Hongrie et de la Turquie ont diminué respectivement de huit et neuf points au cours des cinq dernières années. Dans le même temps, la Turquie a rétrogradé de la catégorie « partiellement libre » à « non libre », tandis que la Hongrie a enregistré son score le plus bas en matière de droits politiques depuis la chute du communisme en 1989. Ces classements reflètent une détérioration de l’État de droit et des institutions démocratiques, ainsi que le rétrécissement rapide de l’espace réservé à la société civile et aux médias indépendants dans ces pays.

Généralement, les pays ayant un degré élevé de corruption peuvent être des endroits dangereux pour les opposants politiques. Pratiquement tous les pays où des assassinats politiques sont ordonnés ou tolérés par le gouvernement sont classés comme fortement corrompus dans l’IPC.

Pays à surveiller

Avec un score de 71 points, les États-Unis ont perdu quatre points depuis l’année dernière, sortant de la liste des 20 pays en tête de l’IPC pour la première fois depuis 2011. Ce faible score intervient à un moment où des menaces pèsent sur le système de freins et contrepoids des États-Unis, où l’on assiste également à une érosion des normes éthiques dans les plus hautes sphères du pouvoir.

Le Brésil a également chuté de deux points depuis l’année dernière et enregistre un score de 35, qui est aussi son score le plus bas en sept ans. Parallèlement à ses promesses concernant l’élimination de la corruption, le nouveau président brésilien a clairement affirmé qu’il gouvernerait d’une main de fer, ce qui pourrait remettre en question nombre des acquis démocratiques dans ce pays.

D’après Delia Ferreira Rubio, présidente de Transparency International : « Notre étude établit un lien évident entre démocratie saine et lutte efficace contre la corruption dans le secteur public. La corruption a beaucoup plus de chances de prospérer là où les fondements démocratiques sont faibles et, comme nous l’avons observé dans de nombreux pays, là où les politiciens populistes, peu démocrates, peuvent en abuser à leur avantage. »

Pour progresser réellement dans la lutte contre la corruption et consolider la démocratie dans le monde, Transparency International appelle tous les gouvernements à :

Notes aux rédacteurs en chef

Notre analyse croisée de l’Indice de perception de la corruption 2018 liée à la crise mondiale de la démocratie intègre des données de l’Indice de démocratie de l’Economist Intelligence Unit, de l’Indice de la liberté dans le monde de Freedom House et du Rapport annuel sur la démocratie de Varieties of Democracy (V-Dem).

 

À propos de Transparency International

Transparency International est l’organisation mondiale de la société civile au premier plan de la lutte contre la corruption depuis 25 ans. Pour nous rejoindre, consultez le site Internet transparency.org.

 

À propos de l’Indice de perception de la corruption

Depuis sa création en 1995, l’Indice de perception de la corruption (IPC), produit de recherche phare de Transparency International, est devenu le principal indicateur mondial de la corruption dans le secteur public. Chaque année, l’IPC donne un aperçu du degré relatif de la corruption mondiale en classant l’ensemble des pays et territoires. En 2012, Transparency International a revu la méthodologie utilisée dans l’élaboration de l’Indice afin de permettre la comparaison des scores d’une année à l’autre. Pour de plus amples informations, visitez le site www.transparency.org/research/cpi.


For any press enquiries please contact

Michael Hornsby
Jen Pollakusky
T: +49 30 34 38 20 666
E: .(JavaScript must be enabled to view this email address)

Latest

Support Transparency International

Austria’s Strache affair and the undue influence toolkit

A week ago, German newspapers published evidence of the former Vice-Chancellor of Austria and a colleague apparently negotiating corrupt deals with the purported niece of a Russian oligarch close to President Vladimir Putin. The scandal illustrates the tools and methods used by those who wish to enrich themselves from public funds and advance private interests over the public good.

Why corruption matters in the EU elections

What voters should know as they head to the polls.

Four ways the G20 can take the lead on anti-corruption

The globalisation of world trade and finance has been accompanied by an internationalisation of corruption. The G20 Anti-Corruption Working Group therefore has the potential to be a very important partner in the fight for a more just world.

Venezuela: Se necesitan instituciones sólidas para abordar la delincuencia organizada

La corrupción en las más altas esferas del Gobierno venezolano ha causado inestabilidad social y económica extrema y ha debilitado a las instituciones estatales que deberían proteger a la ciudadanía. Las redes de delincuencia organizada actúan con impunidad en todo el país.

Venezuela: Strong institutions needed to address organised crime

Corruption in the top echelons of the Venezuelan government has led to extreme instability and weak state institutions, and allows organised crime networks to act with impunity all across the country.

The trillion dollar question: the IMF and anti-corruption one year on

The International Monetary Fund (IMF) has made public commitments and adopted a new framework to address corruption - we check how the IMF is progressing with this one year later.

Three years after the Panama Papers: progress on horizon

The explosive Pulitzer Prize-winning global media project known as the "Panama Papers" turned three years old, and there are many reasons to celebrate.

Social Media

Follow us on Social Media