Les conflits d’intérêts exposés par les #WestAfricaLeaks soulignent le besoin de mettre un frein aux sociétés anonymes

Issued by Transparency International Secretariat



Les articles publiés dans le cadre des  #WestAfricaLeaks du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) et de la Cellule Norbert Zongo pour le Journalisme d’Investigation en Afrique de l’Ouest (CENOZO) montrent combien il est facile pour les fonctionnaires corrompus, blanchisseurs d’argent et autres délinquants d’Afrique de l’Ouest de se dissimuler derrière des entreprises anonymes pour accéder au système financier mondial.

L’une des récentes enquêtes #WestAfricaLeaks, qui s’appuie sur les informations contenues dans les Panama Papers, révèle une affaire de conflit d’intérêts impliquant un haut fonctionnaire de Côte d’Ivoire qui détient une société offshore secrète aux Bahamas. Selon CENOZO, Akossi Bendjo, une figure éminente de la sphère politique et du milieu des affaires en Côte d’Ivoire, est aussi le bénéficiaire effectif d’une entreprise qui travaille avec le gouvernement.

Une autre enquête #WestAfricaLeaks menée au Ghana met en lumière un cas similaire de conflit d’intérêts et d’abus de confiance. Les dossiers d’Appleby, le cabinet d’avocats au cœur de la fuite des Paradise Papers en 2017, ont ainsi montré qu’un célèbre médecin ghanéen occultait ses activités commerciales derrière une structure complexe de sociétés offshore alors qu’il était ambassadeur aux États-Unis. Un tel agissement est contraire à la Convention de Vienne qui interdit aux diplomates en poste d’exercer des activités commerciales en vue d’un gain personnel.

Jessica Ebrard, coordinatrice des projets de lutte contre le blanchiment d’argent en Afrique de l’Ouest à Transparency International, a déclaré : « Ces révélations montrent que les personnes haut placées ont de nombreuses possibilités de commettre des abus de pouvoir tout en cachant leurs actions aux autorités. Les centres financiers et les autorités ouest-africaines doivent adopter des mesures plus efficaces de lutte contre la corruption et, plus particulièrement, assurer une transparence totale des bénéficiaires effectifs des entités commerciales. »

Max Heywood, coordinateur de la mobilisation et du plaidoyer à Transparency International, a indiqué : « Nous ne cessons de mettre au jour des conflits d’intérêts et des stratagèmes de corruption rendus possibles par le recours aux sociétés anonymes. Malgré les engagements pris par les États pour combattre ce problème, le passage à l’action et les mesures concrètes continuent de faire défaut. Pendant ce temps, les personnes corrompues continuent leurs agissements et les citoyens en paient le prix. »

Transparency International exhorte les gouvernements d’Afrique de l’Ouest à honorer les engagements pris dans le cadre du Groupe d’action financière (GAFI) en établissant des registres publics des bénéficiaires effectifs afin de lever le voile du secret qui permet aux fonctionnaires corrompus d’éviter les contrôles et de camoufler leurs conflits d’intérêts. Ces registres doivent être accessibles au public.


For any press enquiries please contact

Jen Pollakusky/Michael Hornsby
E: .(JavaScript must be enabled to view this email address)
T: +49 30 3438 20 666

Latest

Support Transparency International

Strengthening rule of law along the cocaine route

Transparency International has teamed up with the United Nations Office on Drugs and Crime (UNODC) and INTERPOL, to implement the CRIMJUST Project, funded by the European Union. The project aims to strengthen criminal investigation and criminal justice cooperation along the cocaine route in Latin America, the Caribbean and West Africa.

Political asylum for ex-presidents: an easy way to impunity?

This year we celebrate the 70th anniversary of the adoption of the Universal Declaration. Yet while we celebrate the universality of human rights, at times powerful individuals try to abuse the principles that underpin the international human rights framework. Two recent cases of two ex-presidents who have applied for political asylum to evade justice, and two countries who handled these requests in very different ways, highlight some of these abuses.

International Anti-Corruption Day 2018: The power of people’s pressure

Across the world, Transparency International chapters work hard to help the public become involved and engaged in the fight against corruption.

La Justicia española debe investigar el lavado de imagen de Azerbaiyán en Europa

Tres políticos españoles —Pedro Agramunt, Agustín Conde Bajén y Jordi Xuclá— se encuentran entre los delegados ante la Asamblea Parlamentaria del Consejo de Europa (APCE) sobre los que pesan sospechas de haberse beneficiado con la maniobra del “Laundromat”.

Clean up Spain – Justice for Azerbaijan’s reputation laundering in Europe

In Azerbaijan, critical voices are routinely suppressed. Meanwhile in Europe, politicians suspected of helping whitewash Azerbaijan’s record on human rights enjoy impunity. Join our campaign to urge authorities in Spain to investigate.

Everything you need to know about the 18th International Anti-Corruption Conference (#18IACC)

The #18IACC will take place from 22-24 October in Copenhagen, Denmark under the theme Together for Development, Peace and Security: Now is the Time to Act. Get the latest info and updates here!

Risky business: Europe’s golden visa programmes

Are EU Member States accepting too much risk in their investor migration schemes?

Social Media

Follow us on Social Media