EAST AFRICAN BRIBERY INDEX 2013: « La corruption reste élevée en Afrique de l’Est. Toutefois, 90% des citoyens n’ont pas le courage de dénoncer les cas de corruption.»

Issued by ABUCO : Association Burundaise des Consommateurs



Malgré le fait que la corruption demeure élevée en Afrique de l'Est, seulement un sur dix des répondants porte plainte en cas de corruption selon l'Indice de la perception de la Corruption au niveau de l’EAC, Edition 2013.

«La corruption reste un défi majeur pour les citoyens de l’EAC pour l’accès aux services publics» indique M. Noël Nkurunzinza, Président d’ABUCO, Section nationale de Transparency International.

Pour l’an 2013 les résultats montrent que l’appareil judiciaire, la police et les services fonciers au Burundi figurent parmi les dix premières institutions sujettes à la corruption au niveau de l’EAC. Ce sont ces mêmes institutions qui se classent parmi les premières les plus corrompues dans les autres pays de la sous région. Or, ces institutions sont parmi les mieux indiquées pour combattre la corruption en appliquant correctement la loi.

En termes de comparaison entre les pays, le Burundi a amélioré le score de 0.2% et a obtenu un total de 18,6% par rapport aux résultats de l'an dernier.

La perception de la corruption est la plus élevée en Ouganda où un citoyen en quête de services publics rencontre la plus forte probabilité de payer le pot-de-vin avec un score de 26,8%. Ce fut la même position tenue l'an dernier mais avec un pourcentage plus élevé. La Tanzanie avec 12,9% occupe la troisième place alors que le Kenya est le quatrième avec un score de 7,9%. Le Rwanda garde la 5ème position avec 4.4%. Néanmoins, il est le seul pays dans la région qui a chuté par rapport à l’an dernier. Il avait 2.5% en 2012.

Corruption active

L'enquête a montré que les burundais viennent en deuxième position après la Tanzanie en termes de corruption active respectivement 11 et 13%. Toutefois, il nous revient d’apprécier le comportement de résister à la corruption qu’affichent certains burundais. Nous en profitons pour interpeller les citoyens à collaborer avec les institutions publiques en charge de la lutte contre la corruption à travers la dénonciation via les services étatiques ou non étatiques notamment au Centre d’Assistance Juridique et d’Action Citoyenne (CAJAC), projet anticorruption de l’ABUCO-TI Burundi.

Corruption par secteur

Les corps de police dans les cinq pays de l’EAC occupent les cinq premières places. Il reste le seul secteur qui est le plus touché par la corruption. C'est la première fois qu'un seul établissement ou secteur obtienne des scores presqu’identiques dans tous les pays.
Les autres secteurs figurant parmi les dix premiers les plus corrompus sont la justice et les services fonciers au Burundi ainsi que les services fonciers au Kenya et en Ouganda.

‘Notre plus grande inquiétude en Tanzanie est que les services pour lesquels les pots-de-vins sont perçus sont au cœur de la survie des tanzaniens ordinaires’ a déploré M. Bubelwa Kaiza, Directeur exécutif de Transparency Forum, le coordinateur hôte en Tanzanie. 

Pourquoi la population des pays de l’EAC paie le pot- de-vin ?

La majorité des répondants au Burundi ont indiqué qu’ils ont payé le pot-de-vin car il était exigé par les chefs de services publics tandis qu'au Kenya et en Tanzanie, la majorité des répondants ont signifié qu’ils l’ont payé afin d’accélérer l’accès au service public.
Au Rwanda, la majorité des répondants ont indiqué avoir payé des pots de vin pour accéder à un service qu’il ne méritait pas légalement tandis qu'en Ouganda, la majorité des répondants ont admis avoir payé des pots de vin parce que c'était la seule façon d'accéder au service.

Dénonciation de la corruption

Dans toute la région, la dénonciation des cas de corruption est généralement faible, avec seulement 10% des répondants qui ont dénoncé la corruption.
Lorsqu'on leur a demandé pourquoi ils ne l'ont pas fait, la majorité des répondants au Burundi craignait les représailles. Les tanzaniens, les ougandais et les kenyans ont dit qu'ils savaient qu'aucune mesure ne serait prise en cas de dénonciation. Au Rwanda, les répondants ont dit qu'ils ne l'ont pas signalé parce qu'ils craignaient d’être poursuivis injustement par les instances publiques compétentes. M. Samuel Kimeu, Directeur exécutif de la Section nationale de Transparency International au Kenya a exprimé son inquiétude par rapport au fait que malgré tous les investissements que les gouvernements de la région ont fait dans les entités de lutte contre la corruption, les citoyens n’utilisent pas les mécanismes de dénonciations. ‘Ce qui retient particulièrement l’attention est le fait que les citoyens ne semblent pas faire confiance à leurs gouvernements pour répondre aux dénonciations de corruption. Nous devons gagner la confiance des citoyens pour que nos efforts réussissent’ a ajouté M. Kimeu.

Les niveaux de corruption dans les pays

Dans 4 pays, les enquêtés ont répondu que le niveau de corruption est élevé. Il s’agit de : Ouganda : 82%, Tanzanie : 67%, Kenya : 64%, Burundi : 60%. Pour le Rwanda, les répondants ont signalé que le niveau de corruption est faible.

La majorité des répondants au Kenya (46%) et au Rwanda (72%) sont optimistes que les niveaux de corruption diminueraient au cours de la prochaine année. Les répondants pour le Burundi, la Tanzanie et l'Ouganda ont estimé que les niveaux de corruption augmenteraient dans leurs pays respectifs.

Perspectives d’avenir

Le rapport sur l’Indice de la perception de la corruption en Afrique de l'Est, Edition 2013, publié aujourd'hui est une attestation que la corruption reste un défi majeur pour la région. Les citoyens continuent de payer le pot-de-vin comme une condition préalable pour accéder à un service auquel il a le droit. La corruption est une manifestation de mauvaise gouvernance la plus profonde. Comme c'est toujours le cas, les Gouvernements de la région ont, durant les dernières années, dépensé beaucoup de ressources financières pour la mise en place des instruments et institutions de lutte contre la corruption. La conclusion raisonnable est que ces ressources et les efforts fournis ne donnent pas de résultats satisfaisants. Les sections nationales de Transparency International ainsi que leurs partenaires au niveau de l’EAC recommandent aux Gouvernements de la CEA de redoubler d’efforts et de faire une introspection sérieuse sur les moyens actuels à mettre en œuvre en vue de juguler à jamais ce fléau qu’est la corruption.

Personne de Contact:
Pierre Nduwayo;
Porte-parole de l’ABUCO +257-79994379; pnduwayo@yahoo.fr

Fait à Bujumbura, le 24 octobre 2013 Noël NKURUNZIZA.
Président de l’ABUCO-TI Burundi 


For any press enquiries please contact

Personne de Contact:
Pierre Nduwayo;
Porte-parole de l’ABUCO +257-79994379; .(JavaScript must be enabled to view this email address)

Latest

Support Transparency International

Support Us

Next week governments can take a step to close down secrecy jurisdictions. Will they?

National financial regulators attending the Financial Action Task Force (FATF) plenary in Paris 16 – 21 February have the opportunity to significantly reduce money laundering, corruption and terror financing. They must not squander the opportunity.

Why don’t the victims of bribery share in the record-breaking Airbus settlement?

Last Friday, French, UK and US authorities announced that Airbus would pay record penalties for foreign bribery. Notably absent in the agreements are any plans to share the penalty payment with the countries where the company was paying bribes.

Nadie es perfecto

Los países con las puntuaciones más altas en el IPC, como Dinamarca, Suiza e Islandia, no son inmunes a la corrupción. Si bien el IPC muestra que los sectores públicos en estos países están entre los menos corruptos del mundo, la corrupción existe, especialmente en casos de lavado de dinero y otras formas de corrupción en el sector privado.

مشكلة في الأعلى

Переполох на верху

Страны с самым высоким рейтингом по ИВК, такие как Дания, Швейцария и Исландия, не защищены от коррупции. Хотя ИВК показывает, что государственный сектор в этих странах является одним из самых чистых в мире, коррупция все еще существует, особенно в случаях отмывания денег и другой коррупции в частном секторе.

Problèmes au sommet

Les pays les mieux classés sur l’IPC comme le Danemark, la Suisse et l’Islande ne sont pas à l’abri de la corruption. Bien que l’IPC montre que les secteurs publics de ces pays sont parmi les moins corrompus au monde, la corruption existe toujours, en particulier dans les cas de blanchiment d’argent et d’autres formes de corruption du secteur privé.

Индекс восприятия коррупции 2019

Индекс восприятия коррупции 2019 года выявил, что огромное число стран практически не показывает улучшения в борьбе с коррупцией. Наш анализ также показывает, что сокращение больших денег в политике и содействие инклюзивному принятию политических решений необходимы для сдерживания коррупции.

Social Media

Follow us on Social Media