La corruption gagne du terrain en Afrique, les gouvernements impuissants à enrayer le phénomène

Transparency International estime que 75 millions d’Africains ont versé un pot-de-vin au cours de l’année dernière

Issued by Transparency International Secretariat



Une majorité d’Africains déclare que la corruption a progressé au cours des 12 derniers mois et ils jugent que la plupart des gouvernements ne remplissent pas leurs obligations pour enrayer les abus de pouvoir, la corruption et les ententes secrètes, selon un nouveau sondage d’opinion réalisé par Transparency International.

Dans le cadre du rapport People and Corruption: Africa Survey 2015, un élément du Baromètre mondial de la corruption, Transparency International s’est associé à Afrobaromètre, qui a interrogé 43 143 personnes dans  28 pays d’Afrique subsaharienne entre mars 2014 et septembre 2015 sur leurs expériences et perceptions de la corruption  dans leur pays.

La majorité (58 %) des Africains au sein des pays sondés affirme que la corruption a augmenté au cours des 12 derniers mois. Sur 18 des 28 pays sondés, une grande majorité des personnes interrogées considère que le gouvernement de leur pays ne fait pas correctement son travail en matière de lutte contre la corruption.

Malgré ces conclusions décevantes, quelques pays du continent se distinguent néanmoins, parmi lesquels le Botswana, le Burkina Faso, le Lesotho et le Sénégal. Les citoyens de ces pays sont parmi les plus positifs de la région lorsqu’il est question de la corruption.

Pour la première fois, les personnes interrogées ont déclaré qu’elles percevaient les dirigeants d’entreprises comme hautement corrompus. Le monde des affaires est classé comme le deuxième secteur affecté par les niveaux de corruption les plus élevés dans la région, juste après la police. La police est régulièrement évaluée comme fortement corrompue, mais l’évaluation très négative des dirigeants d’entreprises est un fait nouveau par rapport aux sondages précédents.

Beaucoup d’Africains, en particulier les populations défavorisées, subissent le poids de la corruption quand ils tentent d’avoir accès aux  services publics de base dans leur pays. 22% des gens qui ont été en contact avec un service public au cours des 12 derniers mois ont versé un pot-de-vin.

Sur les six principaux services publics sur lesquels nos questions ont porté, les personnes qui ont été en contact avec les tribunaux ou la police sont les plus susceptibles d’avoir versé un pot-de-vin. Respectivement 28 % et 27% des personnes qui ont eu un contact avec ces services ont versé un pot-de-vin. Sur tout le continent, les pauvres ayant recours aux services publics sont deux fois plus susceptibles que les riches d’avoir versé un pot-de-vin. Dans les zones urbaines, ils sont encore plus susceptibles de payer des pots-de-vin.

« La corruption crée et alimente la pauvreté et l’exclusion. Alors que des individus corrompus qui jouissent d’un pouvoir politique mènent un train de vie somptueux, des millions d’Africains sont privés de la satisfaction de leurs besoins fondamentaux comme l’alimentation, la santé, l’éducation, le logement, l’accès à l’eau potable et aux installations sanitaires. Nous appelons les gouvernements et les juges à venir à bout de la corruption, à mettre un terme à l’impunité et à mettre en œuvre l’Objectif 16 des Objectifs de développement durable édictés par les Nations unies visant à réduire la corruption. Nous exhortons également la population à exiger honnêteté et transparence et à se mobiliser contre la corruption. Il est temps de dire que ça suffit et de démasquer les corrompus, » a déclaré José Ugaz, le président de Transparency International.

Il est de plus en plus évident que les citoyens constituent un élément clé de toute initiative de lutte contre la corruption. Toutefois, l’enquête indique que les mécanismes de dénonciation de la corruption sont souvent perçus comme trop dangereux, inefficaces ou peu clairs. Plus de 1 Africain sur 3 pense qu’un lanceur d’alerte s’expose à des conséquences négatives s’il dénonce des pratiques de corruption, ce qui est la raison pour laquelle la plupart des gens ne dénoncent pas la corruption.

« Notre travail en tant que société civile est clair : nous devons diffuser un message d’espoir à travers le continent. Il est possible de lutter contre la corruption. On doit donner l’espace aux gens de s’élever contre elle sans crainte de représailles et les gouvernements doivent faire preuve de responsabilité pour mettre un terme à l’impunité généralisée. »

Transparency International fait les recommandations suivantes :

          Les gouvernements doivent renforcer et faire respecter la législation applicable aux hommes d’affaires corrompus et à la lutte contre le blanchiment d’argent, pour juguler le volume élevé des flux illicites en provenance du continent. Si ceux qui en profitent étaient tenus de rendre des comptes, cela pourrait contribuer à remédier à la perception négative du monde des affaires.

Tant qu'elle ne sera pas éradiquée, la corruption ralentira le développement et la croissance économique, tout en affaiblissant la confiance des citoyens à l’égard du gouvernement et la responsabilité des institutions publiques.


For any press enquiries please contact

Berlin
Chris Sanders
Téléphone : +49 30 34 38 20 666
Email : .(JavaScript must be enabled to view this email address)

Johannesburg
Moira Campbell
Téléphone : +27 (0)11 242 3900
Email : .(JavaScript must be enabled to view this email address)

Latest

Support Transparency International

Open letter to the President of Equatorial Guinea: Ramon Esono Ebalé must be released

It has been two months since the artist and satirist Ramon Esono Ebalé was detained without charge in Equatorial Guinea. Transparency International joined with 17 organisations and individuals to write to President Teodoro Obiang Nguema Mbasogo. We are calling for his immediate release.

Global Corruption Barometer: citizens’ voices from around the world

Transparency International believes that people’s experience and perceptions of corruption are key for understanding corruption risks around the world. Our Global Corruption Barometer is the world's largest survey asking citizens about their direct personal experience of corruption in their daily lives - check it out here!

How the Honduran military and police profit from the illegal arms trade

An investigation by InSight Crime and Transparency International Honduras has found that many of the guns used in homicides in Honduras come from Honduran military and police stockpiles.

#ParadisePapers: time to clean up the offshore financial havens

The ‘Paradise Papers’ show how the rich and powerful around the world are able to avoid paying tax and keep their business dealings secret. The mechanisms they use can also benefit the corrupt, and must be made more transparent.

Uzbekistan: How to support the real victims of grand corruption

What do you do when assets stolen from a country’s state coffers by corrupt individuals have been recovered and can now be returned to the country - but the government is still controlled by corrupt people? That’s the case of Uzbekistan, one of the most corrupt countries in the world.

Entrevista con testigo clave en el Caso Obiang: Delfin Mocache Massoko

En el 27 de octubre 2017, la justicia francesa ha condenado a Teodoro Nguema Obiang Mangue, vicepresidente de Guinea Ecuatorial, a tres años de cárcel extentos de cumplimiento, una multa de 30 millones de euros (US$35 millones) y confiscó todos sus activos en Francia. Antes de que se anunciara el veredicto, entrevistamos a Delfin Mocache Massoko, un testigo clave en el caso, para descubrir qué significa el juicio para él y los ciudadanos de Guinea Ecuatorial.

Interview with key witness in Obiang case: Delfin Mocache Massoko

Obiang verdict: guilty of corruption.
We interview a key witness for the prosecution, Delfin Mache Mossako.

Social Media

Follow us on Social Media

Would you like to know more?

Sign up to stay informed about corruption news and our work around the world