Fin du procès Obiang : un signal fort envoyé aux dirigeants corrompus

Issued by Transparency International France



Les audiences du procès qui nous oppose à Teodorin Nguema Obiang Mangue, Vice-Président de Guinée-équatoriale, ont pris fin ce jour au Tribunal correctionnel de Paris. Ce dirigeant politique, fils du Président en place depuis 40 ans, est poursuivi pour s’être constitué un patrimoine considérable en France avec de l’argent public détourné. Transparency International France et Sherpa, à l’origine de l’action en justice, soulignent le caractère historique de ce premier procès des « Biens Mal Acquis ».

10 années de persévérance et de détermination

Suite à la publication d’un rapport du CCFD Terre Solidaire en 2007 « Biens mal acquis profitent trop souvent. La fortune des dictateurs et les complaisances occidentales », Transparency France avec le soutien et la détermination de son avocat Maître William Bourdon, s’est engagée dans un rude combat judiciaire. L’ONG a obtenu non seulement l’ouverture d’une instruction en se constituant partie civile mais son action a permis également de faire évoluer la jurisprudence française. Par ailleurs, depuis 2013, la loi reconnaît l’intérêt à agir en justice des associations de lutte contre la corruption. Malgré les moyens considérables déployés par la défense et les nombreuses tentatives pour annuler ou paralyser la procédure, un procès s’est tenu à Paris sur près de 3 semaines.

Grâce au soutien de nombreux citoyens à travers une action de crowdfunding inédite, Transparency France a pu organiser le déplacement de plusieurs témoins internationaux. Venus apporter un éclairage indispensable sur les conséquences concrètes et dramatiques de la grande corruption, leur courage malgré un climat oppressant ainsi que les témoignages de solidarité de nombreuses organisations de la société civile, militants des Droits de l’Homme, journalistes à travers le monde et particulièrement sur le continent africain ont contribué de manière essentielle au bon déroulement de ce procès.

Transparency France a constamment agi dans ce dossier en totale transparence et en en pleine coopération avec nos collègues des sections africaines de Transparency International,
Daniel Lebègue, représentant de Transparency France

La restitution des avoirs

Dès le départ, l’engagement de Transparency France dans l’affaire dite des « biens mal acquis » poursuivait deux objectifs : faire que la France ne soit plus un abri et un lieu de blanchiment pour l’argent issu de la corruption et identifier des solutions concrètes pour que l’argent, s’il était confisqué, soit restitué aux populations victimes. Ce procès marque une étape majeure dans la lutte contre la corruption et envoie un signal fort aux dirigeants corrompus du monde entier : l’impunité dont ils bénéficiaient s’érode. Aucun dignitaire ne sera plus à l’abri de poursuites dans les pays qui les accueillaient jusqu’alors.

Un long chemin reste toutefois à parcourir sur les mécanismes de saisie, de confiscation et de restitution aux populations victimes des avoirs détournés. Aujourd’hui, les lois françaises ne garantissent en rien que les avoirs confisqués puissent être restitués aux populations à qui ils appartiennent. C’est pourquoi, au-delà de sa bataille judiciaire, Transparency International France appelle à faire évoluer la législation. Le Parquet n’a d’ailleurs pas manqué de rappeler ce principe fondamental qui figure dans la Convention des Nations Unies contre la Corruption ratifiée par la France en 2003. Transparency International France fera prochainement des propositions concrètes en ce sens.


For any press enquiries please contact

Anne Boisse
Transparency International France
T: +33 (0)7 60 07 89 96 / +33 (0)1 86 95 36 01
E: .(JavaScript must be enabled to view this email address)

Latest

Support Transparency International

Risky business: Europe’s golden visa programmes

Are EU Member States accepting too much risk in their investor migration schemes?

Future Against Corruption Award 2018

TI is calling on young people across the globe to join the anti-corruption movement. People between the age of 18 and 35 are invited to submit a short video clip presenting their idea on new ways to fight corruption. Three finalists will be invited to Berlin during the International Anti-Corruption Day festivities to be awarded with the Future Against Corruption Award. Apply today!

The Azerbaijani Laundromat one year on: has justice been served?

In September last year, a massive leak of bank records from 2012 to 2014 showed that the ruling elite of Azerbaijan ran a $3 billion slush fund and an international money laundering scheme. One year on, has enough been done to hold those involved to account?

Right to information: knowledge is power

The right to information is vital for preventing corruption. When citizens can access key facts and data from governments, it is more difficult to hide abuses of power and other illegal activities - governments can be held accountable.

Paradise lost among Maldives dodgy land deals

Should tourists run for cover as a storm of corruption allegations sweeps across the Maldives?

Foreign bribery rages unchecked in over half of global trade

There are many losers and few winners when companies bribe foreign public officials to win lucrative overseas contracts. In prioritising profits over principles, governments in most major exporting countries fail to prosecute companies flouting laws criminalising foreign bribery.

Ensuring that climate funds reach those in need

As climate change creates huge ecological and economic damage, more and more money is being given to at-risk countries to help them prevent it and adapt to its effects. But poorly governed climate finance can be diverted into private bank accounts and vanity projects, often leading to damaging effects.

Social Media

Follow us on Social Media