Le Bénin doit avoir un pouvoir judiciaire indépendant pour mettre fin à l’impunité

Issued by Transparency International Secretariat



Transparency International, le mouvement mondial anti-corruption, a demandé des reformes du système judiciaire du Bénin pour le rendre plus indépendant et plus efficace. Cet appel a été lancé ce jour lors du lancement du rapport de l’évaluation du système national d’intégrité du Benin à Cotonou.   

Cette évaluation menée au début de l’année 2016 a révélé que le système national d’intégrité du Benin est faible dans son ensemble avec le pouvoir judiciaire identifié comme le plus faible des piliers évalués, parmi lesquels les institutions du secteur public et privé. 

Le projet ‘’Évaluation du SNI du Bénin’’ est financé par l’Union européenne (UE) dans le cadre de la coopération UE-Bénin the EU-Bénin qui prévoit un appui substantiel à la bonne gouvernance. A cette fin, la Délégation de l’Union européenne au Bénin et Transparency International ont signé un contrat pour la mise en œuvre du projet SNI.

‘’Le manque d’indépendance et de capacités du système de justice au Benin perpétue l’impunité pour les actes de corruption. Ceci a conduit au fil des années à l’érosion de la confiance entre les citoyens d’une part et les autorités et institutions publiques d’autre part,’’ a indiqué Samuel Kaninda, Coordonnateur régional: Afrique de l’ouest de Transparency International.

"Ce que les rédacteurs du rapport SNI nous disent, à travers ces différentes actions, c’est que le problème du Bénin aujourd’hui est moins la corruption elle-même que le phénomène de l’impunité : la lutte contre la corruption est vaine si elle ne débouche pas sur la mise en quarantaine des auteurs des malversations" a renchéri Martin Assogba, Directeur exécutif de l’ONG ALCRER, partenaire local de mise en œuvre du projet.

L’écart grandissant entre le cadre légal et la pratique institutionnelle réelle a été relevé comme une faiblesse majeure du système d’intégrité du Bénin.  La loi anti-corruption du pays adopté en 2011 souffre d’incohérences dans son application. De surcroit, le mandat très limitée de l’Autorité Nationale de Lutte contre la Corruption (ANLC) mis en place en 2013 constitue une entrave majeure à son efficacité.

“Le problème du Benin n’est pas l’absence de textes et d’institutions anticorruption. C’est plutôt l’application de ces textes et l’efficacité de ces institutions qui fait défaut. Une forte volonté politique au plus haut niveau de l’état est nécessaire pour combler cette écart’’ a indiqué Gustave Assah, Président de Social Watch Benin, contact national de Transparency International et partenaire de mise en œuvre du projet.

Il ressort du rapport que le manque d’une vision claire et une stratégie cohérente de la part du gouvernement est un obstacle  l’efficacité de la lutte contre la corruption.

Les principales recommandations formulees en direction du gouvernement beninois sont :

Note aux éditeurs: Pour plus d’informations sur la méthodologie du Système national d’intégrité, rendez-vous ici

Ce communiqué de presse a été mis à jour le 4 octobre pour inclure la mention qu’il fait partie d’un projet financé par l’Union européenne. 


For any press enquiries please contact

Samuel KANINDA
Courriel : .(JavaScript must be enabled to view this email address)
Tel : (+229) 62 83 19 14

Koami GOUTON
Courriel: .(JavaScript must be enabled to view this email address)
Tel : (+229) 97 98 21 83

Latest

Support Transparency International

Strengthening rule of law along the cocaine route

Transparency International has teamed up with the United Nations Office on Drugs and Crime (UNODC) and INTERPOL, to implement the CRIMJUST Project, funded by the European Union. The project aims to strengthen criminal investigation and criminal justice cooperation along the cocaine route in Latin America, the Caribbean and West Africa.

Political asylum for ex-presidents: an easy way to impunity?

This year we celebrate the 70th anniversary of the adoption of the Universal Declaration. Yet while we celebrate the universality of human rights, at times powerful individuals try to abuse the principles that underpin the international human rights framework. Two recent cases of two ex-presidents who have applied for political asylum to evade justice, and two countries who handled these requests in very different ways, highlight some of these abuses.

International Anti-Corruption Day 2018: The power of people’s pressure

Across the world, Transparency International chapters work hard to help the public become involved and engaged in the fight against corruption.

La Justicia española debe investigar el lavado de imagen de Azerbaiyán en Europa

Tres políticos españoles —Pedro Agramunt, Agustín Conde Bajén y Jordi Xuclá— se encuentran entre los delegados ante la Asamblea Parlamentaria del Consejo de Europa (APCE) sobre los que pesan sospechas de haberse beneficiado con la maniobra del “Laundromat”.

Clean up Spain – Justice for Azerbaijan’s reputation laundering in Europe

In Azerbaijan, critical voices are routinely suppressed. Meanwhile in Europe, politicians suspected of helping whitewash Azerbaijan’s record on human rights enjoy impunity. Join our campaign to urge authorities in Spain to investigate.

Everything you need to know about the 18th International Anti-Corruption Conference (#18IACC)

The #18IACC will take place from 22-24 October in Copenhagen, Denmark under the theme Together for Development, Peace and Security: Now is the Time to Act. Get the latest info and updates here!

Risky business: Europe’s golden visa programmes

Are EU Member States accepting too much risk in their investor migration schemes?

Social Media

Follow us on Social Media