La mauvaise gouvernance menace l’éducation primaire en Afrique

Un nouveau rapport montre qu’un renforcement de la gouvernance est essentiel pour atteindre les objectifs d’éducation dans sept pays

Issued by Transparency International Secretariat



La mauvaise gouvernance et une gestion inefficace menacent les efforts déployés pour fournir une éducation de base de qualité dans sept pays africains, selon un nouveau rapport publié aujourd’hui par Transparency International (TI).

Le rapport, Africa Education Watch : Leçons de bonne gouvernance pour l’éducation primaire montre qu’en dépit de dix ans d’efforts pour augmenter les inscriptions à l’école à travers l’initiative Education pour tous et les Objectifs du Millénaire pour le Développement, des systèmes et pratiques de gouvernance déficients ou inexistants limitent les progrès.

« Augmenter les inscriptions à l’école ne suffit pas. Pour garantir des progrès véritables et durables dans les niveaux d’éducation et pour assurer la meilleure utilisation des rares ressources disponibles, la surveillance et la responsabilité doivent être améliorées », dit Stéphane Stassen, coordinateur de programme principal à TI, qui dirige le programme Africa Education Watch.

Le rapport, qui évalue les structures de gestion de l’éducation primaire au Ghana, à Madagascar, au Maroc, au Niger, en Ouganda, au Sénégal et en Sierra Leone, analyse des données provenant de 8500 questionnaires complétés par des parents, des directeurs d’école, des présidents d’associations de parents d’élèves et des responsables de l’éducation au niveau du district.

Ces dix dernières années, selon l’UNESCO, il n’y a jamais eu autant d’enfants en âge d’aller à l’école primaire en Afrique à être scolarisés, et dans de nombreux pays l’éducation primaire est, selon la loi, gratuite. Cependant, le rapport de TI constate que des parents qui n’en ont pas les moyens doivent encore payer des frais. Dans les pays traités, 44 pourcent des parents interrogés ont dû payer des frais d’inscription pour leurs enfants. « Une mauvaise comptabilité et des détournements signalés de fonds prévus dans le budget montrent clairement que le financement doit être accompagné d’une capacité de gestion renforcée et de meilleurs mécanismes de redevabilité des comptes », a ajouté M. Stassen.

Le rapport identifie là où il existe un risque que le transfert de fonds et d’équipements du gouvernement central aux écoles soit détourné. La plupart des écoles ne gardent pas de traces complètes ou même basiques de leurs finances, toujours selon le rapport. Le système souffre également d’un manque général de formation en gestion financière des directeurs d’école et des responsables de la gestion du budget des écoles.

Les sections nationales de TI dans les sept pays vont travailler avec les gouvernements et la société civile pour augmenter la capacité de gestion et renforcer les mécanismes de redevabilité, afin de garantir que les objectifs de l’Education pour tous soient remplis.

Principales conclusions:

Le renforcement de la structure de gouvernance dans la gestion de l’éducation conduit à une gestion des ressources plus efficace, et est une étape nécessaire pour améliorer l’accès à une éducation de qualité. Le rapport recommande aux Ministres de l’Education d’introduire des normes plus fortes pour obliger à rendre des comptes. Plus précisément, il est nécessaire d’établir des règles plus claires et plus solides en matière de tenue de comptabilité des écoles, alliées à des inspections plus fréquentes pour s’assurer que ces règles sont respectées. Il recommande également que les Ministères de l’éducation et la société civile investissent premièrement dans la formation pour s’assurer que les responsables d’école et les parents soient capables d’administrer et de gérer des budgets, et deuxièmement dans des campagnes de sensibilisation pour informer les parents sur leurs droits.

Africa Education Watch est un programme de trois ans (2007-2010) rendu possible grâce au financement de la Fondation William et Flora Hewlett. L’objectif du programme est d’évaluer si les systèmes décentralisés de gestion de l’éducation, qui ont été mis en place ces dix dernières années, sont efficaces lorsqu’il s’agit de contrôler la corruption et d’obliger les administrations d’écoles primaires à rendre des comptes. Les enquêtes ont été réalisées entre mars et mai 2008 et ont été coordonnées par les sections locales de TI.

###

Transparency International est l’organisation internationale de la société civile au premier plan de la lutte contre la corruption.

Note aux éditeurs :

Téléchargez le rapport complet ici.
Téléchargez les rapports-pays individuellement: Ghana, Madagascar, Maroc, Niger, Sénégal, Sierra Leone et Ouganda

Téléchargez Foire Aux Questions


For any press enquiries please contact

Gypsy Guillén Kaiser
T: +49 30 343820662
E: .(JavaScript must be enabled to view this email address)

Supplementary downloads

Latest

Support Transparency International

Three priorities at the Open Government Partnership summit

This week, the Open Government Partnership is holding its 5th global summit in Tbilisi, Georgia. Transparency International is there in force, pushing for action in three key areas.

Civil society’s crucial role in sustainable development

Key players in the development community are meeting in New York for the main United Nations conference on sustainable development, the High-Level Political Forum (HLPF). Transparency International is there to highlight how corruption obstructs development and report on how effectively countries are tackling this issue.

Comment gagner la lutte contre la corruption en Afrique

Aujourd’hui est la Journée africaine de lutte contre la corruption – une occasion opportunité pour reconnaitre le progrès dans la lutte contre la corruption en Afrique et le travail significatif qui reste encore à accomplir.

How to win the fight against corruption in Africa

African Anti-Corruption Day is an important opportunity to recognise both the progress made in the fight against corruption in Africa and the significant work still left to do.

Increasing accountability and safeguarding billions in climate finance

In December 2015, governments from around the world came together to sign the Paris Agreement, agreeing to tackle climate change and keep global warming under two degrees centigrade. They committed to spend US$100 billion annually by 2020 to help developing countries reduce their greenhouse gas emissions and protect themselves against the potentially devastating effects of climate change.

After Gürtel, what next for Spain’s struggle with political corruption?

At the start of June, the Spanish parliament voted to oust Prime Minister Rajoy after his political party was embroiled in the biggest corruption scandal in Spain’s democratic history. At this critical juncture in Spain’s struggle with political corruption, Transparency International urges all parties to join forces against impunity and support anti-corruption efforts in public life.

Risk of impunity increases with outcome of Portuguese-Angolan corruption trial

A verdict last week by the Lisbon Court of Appeals in the trial of former Angolan vice president Manuel Vicente has disappointed hopes for a triumph of legal due process over politics and impunity. It also has worrying implications for the independence of Portugal’s judiciary.

Social Media

Follow us on Social Media