Affaire des « Biens mal acquis » [1] : TI France et SHERPA annoncent le dépôt d’une nouvelle plainte avec constitution de partie civile visant à contourner un énième blocage du parquet dans ce dossier

Issued by Transparency International France



Cette plainte fait suite au refus du parquet d’accorder aux magistrats instructeurs un réquisitoire supplétif - acte pourtant nécessaire à l’instruction de faits nouveaux découverts en cours d’enquête.

Ainsi que la presse s’en est fait l’écho, des faits nouveaux ont en effet été récemment portés à la connaissance des juges d’instruction. Ces nouveaux éléments font notamment apparaître de possibles opérations de blanchiment susceptibles d’être imputées à plusieurs des personnes visées par la plainte initiale.

Une note d’information de la Direction des Douanes datant de Mars 2011 rapporte ainsi que Teodorin Obiang Nguema, fils du Président équato-guinéen et Ministre d’Etat chargé de l’agriculture et des forêts, avait affrété en 2009 un avion ayant fait escale en France avec à son bord 26 voitures de luxe (dont 7 Ferrari et 5 Bentley). Au même moment, Tracfin, la cellule anti-blanchiment du ministère des Finances, avait informé le Parquet que Teodorin Obiang Nguema avait dépensé pas moins de 18 millions d’euros lors de la vente aux enchères de la collection d’Yves Saint-Laurent et de Pierre Bergé en mars 2009 [2].

Ali Bongo, peu avant de succéder à son père à la présidence du Gabon en 2009, a acquis une Bentley d’une valeur de 200 000 euros, tandis que le neveu du président congolais Sassou-Nguesso, chargé par son oncle de prélever les taxes sur les tankers de pétrole, a acquis une Porsche d’une valeur de 137 000 euros [3].

Au-delà de la stupéfaction résultant du fait que ces personnes auraient pu effectuer de nouvelles acquisitions de cette nature en France au mépris d’une plainte les visant déjà pour recel de détournement de fonds publics, il apparaît évidemment cohérent que ces faits puissent être appréhendés par les deux magistrats instructeurs saisis. C’est précisément la raison pour laquelle les juges d’instruction ont demandé au parquet de leur accorder un réquisitoire supplétif, afin d’étendre leur enquête à ces nouveaux éléments.

Alors même qu’il n’aurait dû s’agir que d’une simple formalité, le parquet a refusé de donner suite à cette demande obligeant ainsi TI France, toujours avec l’appui juridique de SHERPA, à agir par la voie de la constitution de partie civile.

Le refus ainsi opposé par le parquet conforte, si besoin en était, la position de la Cour Européenne des Droits de l’Homme suivant laquelle le parquet français n’est pas une autorité judiciaire indépendante de l’exécutif [4] et offre une nouvelle illustration des risques liés à l’immixtion du pouvoir politique dans les affaires politico-financières sensibles.

Ce nouveau blocage politique est d’autant plus choquant qu’il intervient à quelques jours de la 4ème conférence des Etats parties à la convention des Nations Unies de lutte contre la corruption (Maroc, 24-28 Octobre 2011) ; ratifiée par la France en 2005, cette convention fait, rappelons-le, de la restitution des avoirs illicites un principe fondamental.

Alors que les révolutions arabes ont souligné l’importance de lutter plus efficacement contre la grande corruption, il est temps que la France donne l’exemple en se conformant strictement à ses engagements internationaux en la matière.

[1] Affaire portant sur des soupçons de recels de détournements de fonds publics opérés par différents membres des familles dirigeantes du Gabon, du Congo et de la Guinée Equatoriale. Initiée par SHERPA en mars 2007 avec le dépôt d’une plainte simple auprès du Parquet de Paris, l’affaire connaîtra une série de rebondissements tenant pour l’essentiel au refus opposé par le parquet de déclencher des poursuites. Ce n’est finalement qu’en Novembre 2010, et par suite d’une plainte avec constitution de partie civile déposée, avec le soutien de SHERPA, par Transparence International France qu’une information judiciaire sera ouverte. Cette information a été confiée à deux magistrats instructeurs près le Tribunal de Grande Instance de Paris.
[2] Article de Libération « Biens mal acquis : la justice louvoie », 28 juillet 2011
[3] Article du Monde « Les "biens mal acquis" africains gênent la France », 30 juin 2011
[4] Voir notamment : CEDH, 23 novembre 2010 (Arrêt Moulin c/ France).


For any press enquiries please contact

Maud Perdriel-Vaissière et Rachel Leenhardt
Association SHERPA
T:+33 (0)1 42 21 33 25

Daniel Lebègue et Myriam Savy

Transparence International France
T:+33 (0)1 55 61 37 90

Latest

Support Transparency International

Support Us

Legally sanctioned lying: A moment of truth for the Czech Republic?

A court in Prague struck a blow to civil society in the Czech Republic on Friday, ruling in favour of Prime Minister Andrej Babiš in a libel suit brought by TI Czech Republic.

Next week governments can take a step to close down secrecy jurisdictions. Will they?

National financial regulators attending the Financial Action Task Force (FATF) plenary in Paris 16 – 21 February have the opportunity to significantly reduce money laundering, corruption and terror financing. They must not squander the opportunity.

Why don’t the victims of bribery share in the record-breaking Airbus settlement?

Last Friday, French, UK and US authorities announced that Airbus would pay record penalties for foreign bribery. Notably absent in the agreements are any plans to share the penalty payment with the countries where the company was paying bribes.

Nadie es perfecto

Los países con las puntuaciones más altas en el IPC, como Dinamarca, Suiza e Islandia, no son inmunes a la corrupción. Si bien el IPC muestra que los sectores públicos en estos países están entre los menos corruptos del mundo, la corrupción existe, especialmente en casos de lavado de dinero y otras formas de corrupción en el sector privado.

مشكلة في الأعلى

Переполох на верху

Страны с самым высоким рейтингом по ИВК, такие как Дания, Швейцария и Исландия, не защищены от коррупции. Хотя ИВК показывает, что государственный сектор в этих странах является одним из самых чистых в мире, коррупция все еще существует, особенно в случаях отмывания денег и другой коррупции в частном секторе.

Problèmes au sommet

Les pays les mieux classés sur l’IPC comme le Danemark, la Suisse et l’Islande ne sont pas à l’abri de la corruption. Bien que l’IPC montre que les secteurs publics de ces pays sont parmi les moins corrompus au monde, la corruption existe toujours, en particulier dans les cas de blanchiment d’argent et d’autres formes de corruption du secteur privé.

Social Media

Follow us on Social Media