UPDATE: Un chef de file du mouvement anti-corruption libéré malgré une pression continue sur la société civile Nigérienne

Issued by Transparency International Secretariat



Le chef de file du mouvement anti-corruption Wada Maman, arrêté le samedi 22 aout à Niamey au Niger, à été libéré sous caution, ainsi que les huit autres personnes arrêtés le même jour. Son arrestation et l’intimidation continue de la société civile dans le pays demeure une grande inquiétude pour Transparency International (TI). Maman est le Secrétaire Général de la section nationale de TI, l’Association Nigérienne de Lutte contre la Corruption (ANLC).

Durant une audience à Niamey, les autorités nigériennes ont inculpé Maman une fois pour « participation à une manifestation interdite » et deux fois pour « destruction d'édifice et de monument publics » et «participation à la destruction d'un véhicule appartenant à autrui». Le jour de son arrestation, Maman ne participait pas à la manifestation puisqu’il partait de chez lui pour aller à la résidence d’un collègue. Maman est représenté par un conseil juridique.

Plus d’informations seront fournies au fur et à mesure de l’avancement du dossier.

###

Transparency International (TI) s’inquiète fortement de l’arrestation au Niger de M. Wada Maman, membre du Bureau et Secrétaire général de l’Association Nigérienne de Lutte contre la Corruption (ANLC).

Son arrestation, ce samedi 22 août, a eu lieu alors que M. Maman se déplaçait dans la capitale nigérienne, Niamey. Il avait quitté son domicile pour se rendre chez un autre membre de l’ANLC et était en train de passer d’un minibus-taxi à un taxi régulier quand des membres de la Garde Républicaine lui ont demandé de les suivre. Depuis, M. Maman a été détenu sans inculpation à un camp de la police dans la ville et n’a pas eu accès à un avocat. TI réclame un processus légal, en bonne et due forme et transparent, ainsi qu’un accès immédiat à un avocat.

M. Maman est un membre fondateur de l’ANLC et est un des membres les plus actifs de la coalition Publiez Ce Que Vous Payez au Niger, connue sous le nom de ROTAB. Au vu de l’intimidation croissante des activistes de la société civile travaillant sur les questions de transparence et de bonne gouvernance, les représentants de la société civile, y compris M. Maman, avait récemment suspendu leur participation à l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractive (ITIE) au Niger, un processus pour renforcer la transparence dans la gestion des ressourcegz

En plus de son travail dans le domaine de la lutte contre la corruption, M. Maman est secrétaire général du Front Uni pour la Sauvegarde des Acquis démocratiques (FUSAD), un réseau d’ONG établis dans le but de préserver les structures démocratiques dans le contexte de la crise politique actuelle au Niger. L’ANLC est membre de ce réseau.

Dans une lettre ouverte envoyée au mois de juillet au Président du Niger Mamadou Tandja, l’ANLC, soutenue par 48 sections de TI de par le monde, a appelé le gouvernement à respecter l’Etat de droit, garantir l’indépendance du système judiciaire et protéger les institutions démocratiques, nécessaires à la transparence, la redevabilité et la bonne gouvernance.

Des manifestations ce weekend dernier contre la modification de la constitution par le Président Tandja afin de renouveler son mandat ont mené à au moins une dizaine d’arrestations, selon divers articles de presse. Maman ne faisait pas partie de ces manifestants. Le Président Tandja a aussi dissolu la cour constitutionnelle et le Parlement du Niger dans le cadre de réformes systémiques et d’un referendum pour lui accorder un troisième mandat présidentiel. Les prochaines élections parlementaires auront lieu le 20 Octobre

Déclarations additionnelles


For any press enquiries please contact

Gypsy Guillén Kaiser
T: +49 30 34 38 20 662
E: .(JavaScript must be enabled to view this email address)

Latest

Support Transparency International

Former vice-president on trial: a watershed moment for Portugal and Angola

Manuel Vicente is the former head of the all-powerful Angolan state oil company Sonangol and was, until a few months ago, the vice-president of Angola. Now he is the main target of a high-profile corruption case in Lisbon.

The theme for the 18th edition of the International Anti-Corruption Conference (IACC) is announced

Building on the priorities set out in the Panama Declaration, the 18th IACC in Denmark from 22 to 24 October 2018 will move the pledge of acting together now to concrete action.

A new home for our corruption research

Transparency International is excited to announce the launch of the Knowledge Hub, a dedicated online space for our research.

Pardon me? Presidential clemency and impunity for grand corruption

Recent events in Brazil and Peru have shone a spotlight on the issue of presidential pardons in cases of grand corruption. Read more to find out the best practices that legislators can use to ensure that pardons are not abused for political purposes.

Stopping Dirty Money: the Global Effective-O-Meter

As of December 2017, global effectiveness at stopping money laundering stands at 32% effectiveness.

Corruption in the USA: The difference a year makes

A new survey by Transparency International shows that the US government has a long way to go to win back citizens’ trust.

Anti-Corruption Day 2017: Empowering citizens’ fight against corruption

The 9 December, is Anti-corruption Day. A key part of Transparency International’s work is to help people hold their governments to account. Have a look at what we've been doing around the world!

Social Media

Follow us on Social Media

Would you like to know more?

Sign up to stay informed about corruption news and our work around the world