Nouvel épisode dans le dossier des biens mal acquis: dépôt d’une plainte avec constitution de partie civile

Dans le contexte international marqué par les appels à plus de transparence financière, la France se doit de faire toute la lumière sur un dossier emblématique de détournements de fonds publics.

Issued by Transparency International France



Transparence - International (France) et l'Association SHERPA annoncent le dépôt ce jour d’une plainte avec constitution de partie civile visant les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier a été acquis en France par Messieurs Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville), Omar Bongo Ondimba (Gabon) et Téodoro Obiang Mbasogo (Guinée Equatoriale) ainsi que des membres de leur entourage. Il n'y a aucun doute sur le fait que ce patrimoine n'a pu être constitué grâce aux seuls salaires et émoluments de ces chefs d’Etats au sujet desquels il existe de sérieuses présomptions de détournements de fonds publics.

Déposée par Transparence - International (France) et M. Gregory Ngbwa Mintsa citoyen gabonais, représentés par Maître William Bourdon, cette plainte vise les mêmes faits que ceux dénoncés précédemment par deux plaintes simples en mars 2007 et juillet 2008.

En raison de l’intensification des menaces sur son intégrité physique et celle de ses proches, Mme Béatrice Miakakela épouse Toungamani, ressortissante congolaise membre de la Plateforme Congolaise contre la Corruption et l’Impunité, a finalement décidé de se retirer de la plainte.

Gregory Ngbwa Mintsa a de son côté subi des pressions et un harcèlement croissants de la part de certains membres du gouvernement gabonais qui ont jusqu’au dernier moment tenté de le dissuader de se constituer partie civile.

La procédure de plainte avec constitution de partie civile offre la possibilité aux plaignants de surmonter la décision du Parquet qui, malgré les résultats très probants d’une enquête préliminaire diligentée courant 2007*, avait décidé de classer l’affaire sans suite. Si l’intérêt à agir des plaignants est reconnu, une information judiciaire sera automatiquement ouverte et un juge d’instruction désigné. Il appartiendra alors à ce dernier de déterminer dans quelles conditions le patrimoine immobilier visé a été acquis et celles dans lesquelles les très nombreux comptes bancaires identifiés par les services de police ont été alimentés. Il conviendra également de tirer toutes les conséquences du concours prêté par certains intermédiaires à la réalisation des opérations litigieuses.

L’intérêt à agir de Transparence - International (France) devrait en toute logique être reconnu dans la mesure où les faits dénoncés par la plainte portent atteinte de façon directe aux intérêts que l’association a statutairement pour objet de défendre (combattre et prévenir la corruption au niveau international et national).
S'agissant de Gregory Ngbwa Mintsa, c'est en sa qualité de contribuable qu'il revendique le droit de se constituer partie civile aux fins d’obtenir réparation non seulement de son préjudice personnel mais également de celui subi par collectivité nationale gabonaise dans son ensemble. Aussi, peut-on espérer que la justice saura saisir l’occasion qui lui est ainsi offerte de faire progresser le droit à réparation des victimes de la corruption.

Huguette Labelle, Présidente de Transparency International (TI), a fait état du soutien sans réserve que TI apporte à l’initiative de TI France et de Sherpa.

Par ailleurs, Sherpa ainsi que d’autres sections de TI étudient la possibilité d’engager le même type d’action dans d’autres pays.

Plus de détails sur la pétition.

* L’enquête préliminaire a permis d’établir la propriété d’Omar Bongo et de ses proches sur 39 habitations, la plupart situées dans le 16ème arrondissement de Paris, 70 comptes bancaires et 9 voitures. Concernant la famille Sassou n’Guesso, 24 appartements et 112 comptes bancaires ont été inventoriés par la police. Concernant la famille Obiang 8 de voitures de luxe et un appartement ont été identifiés.


For any press enquiries please contact

Sherpa Association
William Bourdon
T: +331 42 60 32 60
Yann Queinnec, Maud Perdriel-Vaissière
T: +331 42 21 33 25

Transparence-International (France)
Daniel Lebègue, Julien Coll
T: +331 47 58 82 08

Plateforme Congolaise contre la Corruption et l’Impunité
Toungamani benjamin
T: +336 64 88 01 59

Latest

Support Transparency International

The alarming message of Egypt’s constitutional amendments

Parliamentarians in Egypt look set to approve a series of constitutional amendments this week that, if passed, would consolidate power in the office of the president, while restoring the military as the ultimate authority in the country.

Восточная Европа и Центральная Азия: слабая система сдержек и противовесов

Индекс восприятия коррупции (ИВК) за этот год представляет печальную картину касательно мер по борьбе с коррупцией в Восточной Европе и Центральной Азии. За несколько лет в этом регионе был достигнут очень незначительный прогресс в борьбе с коррупцией.

الشرق الأوسط وشمال أفريقيا: انتشار الفساد في ظل ضعف المؤسسات وتراجع الحقوق السياسية

كشف مؤشر مدركات الفساد 2018 عن صورة قاتمة لواقع الشرق الأوسط وشمال أفريقيا حيث أن معظم بلدان المنطقة قد أخفقت في مكافحة الفساد على الرغم من أن قلة قليلة من البلدان قد أحرزت تقدما تدريجيا.

Afrique subsaharienne:Les régimes non démocratiques sapent les efforts de lutte contre la corruption

L’Indice de perception de la corruption (IPC) présente cette année un tableau bien sombre de l’Afrique : seuls 8 pays sur 49 obtiennent un score supérieur à 43 sur les 100 points que compte l’Indice. Malgré l’engagement pris par les dirigeants africains de faire de 2018 l’Année africaine de lutte contre la corruption, les avancées concrètes se font encore attendre.

Trouble at the top: why high-scoring countries aren’t corruption-free

For the third year running, the top seven countries in the Corruption Perceptions Index 2018 consist of the four Nordic nations – Denmark, Finland, Sweden and Norway – plus New Zealand, Singapore and Switzerland. Yet that doesn’t mean that these countries are corruption-free.

Americas: el debilitamiento de la democracia y el auge del populismo

Con una puntuación media de 44 sobre 100 durante tres años consecutivos en el Índice de Percepción de la Corrupción (IPC), las Américas continúa sin lograr avances significativos en la lucha contra la corrupción.

Conflict at the bottom

As in previous years, many of the countries near the bottom of the 2018 Corruption Perceptions Index have been severely affected by violent conflict in recent years. Why is this the case, and what does it tell us?

Social Media

Follow us on Social Media