La Fondation Héritage pour Haïti (LFHH) condamne l’impunite en ce qui concerne le dossier de corruption scandaleux liant la TELECO, l’IDT et l’ancien president de la republique

LFHH recommande que la justice haitienne engage un proces devant aboutir a la recuperation des fonds publics detournes

Issued by La Fondation Héritage pour Haïti (LFHH) Le Centre pour l'Ethique et l'Intégrite Publique et Privée



La Fondation Héritage pour Haïti (LFHH) a appris que les informations faisant état d’un scandale de corruption impliquant Jean-Bertrand Aristide, James Courter, la Téléco et l'IDT ont été confirmées par une décision de la Commission Fédérale des Communications (FCC) des E.U.A. Suite à cette décision, le Directeur de l’IDT, James Courter, a du démissionner de son poste de responsable de collecte de fonds de la campagne du candidat républicain aux présidentielles américaines et sera puni par la justice de son pays. LFHH met en garde la justice haïtienne contre tout laxisme eu égard à cette affaire de concussion, de fraude et de ristournes illégales qui a privé Haïti des revenus sur des appels téléphoniques totalisant des centaines de millions de dollars. Ces fonds qui auraient pu être utilisés pour améliorer les conditions de vie de la population ont été détournés vers des comptes occultes.

LFHH rappelle que le Président de la République, René Préval, avait pris l’engagement à travers des déclarations publiques d’apporter son soutien aux institutions étatiques dans la lutte contre la corruption. Cependant une plainte déposée devant un tribunal de la Floride par le gouvernement Alexandre/Latortue en novembre 2005 -- suite aux indices révélés dans les rapports de la CEA , de l'UCREF et des articles publiés en 2005 par des journalistes d’investigation, Anastasia O’Grady et Lucy Komisar -- avait été retirée par le gouvernement Préval/Alexis en juillet 2006, quelques emaines après l'investiture du Président René Préval. Les autorités ont évoqué des motifs de contraintes financières pour justifier le retrait de la plainte.

LFHH constate que 2 ans après le retrait de cette plainte, les dossiers de crimes économiques relatés dans les rapports de la CEA (Commission d’Enquête Administrative ) et de l’UCREF (Unité Centrale de Renseignements Financiers) n’ont fait l’objet d’aucune poursuite et que certaines personnes indexées par ces dossiers ont été complaisamment reconduites à d’autres postes dans l’administration publique.

LFHH estime que la décision du FCC sur ce dossier de corruption impliquant la Téléco, l’IDT, Jean Bertrand Aristide et James Courter démontre qu’il ne s’agit pas d’allégations mais de preuves irréfutables qui doivent porter l’Etat haïtien à engager un procès devant les tribunaux haïtiens pouvant aboutir à un verdict qui permettra, d’une part, de punir les éventuels coupables et, d’autre part, de récupérer les fonds publics détournés.

LFHH demande aux autorités judiciaires haïtiennes d’enclencher l’ouverture d’un procès contre les auteurs et les complices de ces crimes économiques. Le scandale impliquant Jean Bertrand Aristide, James Courter, la Téléco et la Compagnie IDT fournit une occasion opportune aux autorités haïtiennes de prouver leur volonté réelle de combattre la corruption et l’impunité dans le pays. L’aboutissement de ce procès facilitera la coopération internationale aux fins de confiscation des fonds et des biens acquis au moyen d’une infraction, conformément aux articles 53, 54 et 55 de la Convention des Nations Unies Contre la Corruption, ratifiée par Haïti en mai 2007.

Par ailleurs, LFHH exhorte le Parlement, notamment la Commission spéciale d’anti-corruption et d’éthique de la Chambre des députés, la Commission de justice et la Commission d’éthique du Sénat, à se saisir de ce dossier de corruption en vue de porter les autorités judiciaires à assumer pleinement leur responsabilité afin que ce crime économique ne reste pas impuni.


For any press enquiries please contact

Marilyn B. Allien
T: (509) 2513-7089 / 2257-7956
E: .(JavaScript must be enabled to view this email address)
E: .(JavaScript must be enabled to view this email address)

Latest

Support Transparency International

Anti-Corruption Award 2018 - Nominations Open!

Our Anti-Corruption Award recognises the courage and determination of the many individuals and organisations fighting corruption around the world.

Nominate an anti-corruption hero today! 

Comment gagner la lutte contre la corruption en Afrique

Aujourd’hui est la Journée africaine de lutte contre la corruption – une occasion opportunité pour reconnaitre le progrès dans la lutte contre la corruption en Afrique et le travail significatif qui reste encore à accomplir.

How to win the fight against corruption in Africa

African Anti-Corruption Day is an important opportunity to recognise both the progress made in the fight against corruption in Africa and the significant work still left to do.

Increasing accountability and safeguarding billions in climate finance

In December 2015, governments from around the world came together to sign the Paris Agreement, agreeing to tackle climate change and keep global warming under two degrees centigrade. They committed to spend US$100 billion annually by 2020 to help developing countries reduce their greenhouse gas emissions and protect themselves against the potentially devastating effects of climate change.

After Gürtel, what next for Spain’s struggle with political corruption?

At the start of June, the Spanish parliament voted to oust Prime Minister Rajoy after his political party was embroiled in the biggest corruption scandal in Spain’s democratic history. At this critical juncture in Spain’s struggle with political corruption, Transparency International urges all parties to join forces against impunity and support anti-corruption efforts in public life.

Risk of impunity increases with outcome of Portuguese-Angolan corruption trial

A verdict last week by the Lisbon Court of Appeals in the trial of former Angolan vice president Manuel Vicente has disappointed hopes for a triumph of legal due process over politics and impunity. It also has worrying implications for the independence of Portugal’s judiciary.

The UK just made it harder for the corrupt to hide their wealth offshore

If counted together, the United Kingdom and its Overseas Territories and Crown dependencies would rank worst in the world for financial secrecy. Fortunately, this could soon change.

The new IMF anti-corruption framework: 3 things we’ll be looking for a year from now

Last Sunday, the International Monetary Fund (IMF) unveiled its long-awaited framework for “enhanced” engagement with countries on corruption and governance issues. Here are three aspects we at Transparency International will be looking at closely in coming months as the new policy is rolled out.

Social Media

Follow us on Social Media