Les analyses pays de TI en Afrique : un engagement encore faible envers les conventions contre la corruption

Issued by Transparency International Secretariat



Selon les études pays publiées aujourd’hui par Transparency International (TI), neuf pays africains doivent encore mettre en œuvre les dispositions des conventions internationales contre la corruption.

Il existe encore certains vides juridiques dans la législation de l’Algérie, du Burundi, du Kenya, du Liberia, du Nigeria, de la Sierra Leone, de l’Afrique du Sud, du Togo et de l’Ouganda au regard des dispositions de la Convention des Nations Unies contre la corruption (UNCAC) et de la Convention de l’Union Africaine sur la prévention et la lutte contre la corruption.

Les sections nationales de TI ont suivi la mise en œuvre des dispositions depuis que la Convention de l’Union Africaine est entrée en vigueur le 5 août 2006.

« La mise en œuvre de la convention doit maintenant être la priorité absolue » a déclaré Akere Muna, vice-président du comité de direction de TI. « La Convention de l’Union Africaine offre un guide très utile pour mener un tel processus. De concert avec la société civile, TI continuera ses activités de lobby auprès des gouvernements et des législateurs afin d’apporter une réponse adéquate aux défis posés par ce processus. Ces analyses juridiques offrent une assistance utile à l’échelle du pays, un programme de réformes. »

Ces études analysent les mesures prises contre la corruption et mettent en lumière les principaux manquements des réformes. Une caractéristique commune à la plupart des pays est l’absence de stratégie nationale globale de lutte contre la corruption, ainsi qu’un manque de volonté politique de mettre en œuvre les réformes.

« Nigeria dispose d’une impressionnante collection de structures, institutions et lois visant à lutter contre la corruption, ainsi qu’une expérience réussie dans le domaine du recouvrement de fonds détournés. » a déclaré Lilian Ekeanyanwu, auteur de l’étude sur le Nigeria et expert international des conventions contre la corruption. « Cependant, le programme nigérian n’atteint pas les standards et conditions préalables à un régime efficace de lutte contre la corruption ainsi que le réclame les conventions. »

L’objectif de TI dans les deux cas a été de créer un mécanisme de suivi efficace. « Les progrès ne seront effectifs que lorsque les gouvernements auront l’obligation de rendre des comptes publiquement. Aussi longtemps que les gouvernements ralentissent le processus de création d’un tel mécanisme de suivi, comme le fait le gouvernement algérien, nous mettons sérieusement en doute leur engagement. » a déclaré Djilali Hadjadj, porte-parole de la section nationale de TI en Algérie.

Les gouvernements doivent rendre compte des progrès effectués en complétant un questionnaire en vue de la prochaine Conférence des Etats parties en février 2008. TI encourage les organisations de la société civile à utiliser les conclusions des études pays afin de remplir également ces évaluations.

La coordination et l’harmonisation de la procédure de compte rendu de l’application des deux conventions, régionale et internationale, devrait limiter la charge de travail pour les gouvernements en «créant des synergies» comme le souligne la déclaration finale du 5° Forum Mondial qui s’est déroulé du 2 au 5 avril 2007.

Seuls 16 pays africains sur 53 ont ratifié la convention de l’Union Africaine. Le résultat pour l’UNCAC est légèrement meilleur avec 29 ratifications. Toutefois, la faiblesse du nombre de participants africains à la première conférence des Etats parties à la convention des Nations Unies, en décembre 2006, laisse planer un doute sur l’engagement des gouvernements africains à appliquer la convention.


For any press enquiries please contact

Jesse Garcia
T: +49 30 3438 20667
E: .(JavaScript must be enabled to view this email address)

Latest

Support Transparency International

Risky business: Europe’s golden visa programmes

Are EU Member States accepting too much risk in their investor migration schemes?

Future Against Corruption Award 2018

TI is calling on young people across the globe to join the anti-corruption movement. People between the age of 18 and 35 are invited to submit a short video clip presenting their idea on new ways to fight corruption. Three finalists will be invited to Berlin during the International Anti-Corruption Day festivities to be awarded with the Future Against Corruption Award. Apply today!

The Azerbaijani Laundromat one year on: has justice been served?

In September last year, a massive leak of bank records from 2012 to 2014 showed that the ruling elite of Azerbaijan ran a $3 billion slush fund and an international money laundering scheme. One year on, has enough been done to hold those involved to account?

Right to information: knowledge is power

The right to information is vital for preventing corruption. When citizens can access key facts and data from governments, it is more difficult to hide abuses of power and other illegal activities - governments can be held accountable.

Paradise lost among Maldives dodgy land deals

Should tourists run for cover as a storm of corruption allegations sweeps across the Maldives?

Foreign bribery rages unchecked in over half of global trade

There are many losers and few winners when companies bribe foreign public officials to win lucrative overseas contracts. In prioritising profits over principles, governments in most major exporting countries fail to prosecute companies flouting laws criminalising foreign bribery.

Ensuring that climate funds reach those in need

As climate change creates huge ecological and economic damage, more and more money is being given to at-risk countries to help them prevent it and adapt to its effects. But poorly governed climate finance can be diverted into private bank accounts and vanity projects, often leading to damaging effects.

Social Media

Follow us on Social Media